nus

Depuis ses débuts, la photographie entretient un rapport étroit avec le nu et vice versa. Photographier un corps nu… un corps nu qui se laisse photographier… pour moi, il n’y a pas de plus belle rencontre. C’est par cette photographie – le nu – que je ressens le plus ce rapport de moi à l’Autre. Le corps nu est cette surface sensible (comme celle de la pellicule) où se rencontre le visible et l’invisible. C’est le “vêtement” de l’âme. Ma photographie de nu est comme une caresse à la surface du corps dévoilé, exposé, ce lieu où le regard bute et s’abime à la fois devant la beauté.